Auto

Renault embarque les médias dans ses voitures autonomes

Dans le domaine des voitures autonomes, Renault n’est pas le constructeur qui communique encore le plus sur le sujet. Cependant, le fabricant français travaille sur le sujet depuis de nombreuses années et a même ouvert un Technocentre l’an dernier à Saclay, au sud-ouest de Paris, pour réunir une cinquantaine d’ingénieurs travaillant en permanence sur le projet.

Lire également : Assurance pour voiture sans permis : quel tarif ?

Un espace Renault autonome

Nous avons pu tester le résultat dans une petite matinée. Renault nous a invités à Boulogne, au siège du Groupe, pour monter à bord d’un prototype de voiture autonome. De l’extérieur, à l’exception des autocollants « Autonomous Drive », il n’y a presque rien à savoir que cette Renault Espace (Renault Espace 5 2015) est autonome. Ceci est à peine perceptible les carters de lidars situés dans les pare-chocs avant et arrière.

A voir aussi : Quelques astuces pour trouver un contrôle technique pas cher

En effet, ce Renault Espace embarque beaucoup de technologies. Au-dessus du pare-brise se trouvent trois caméras avec différentes longueurs focales (courtes, moyennes et longues gamme). Les miroirs et plaques d’immatriculation sont également quatre caméras numériques à 180 degrés pour la détection d’objets à courte portée. En outre, il y a trois boîtes lidar, un radar avant, 4 radars d’angle et une ceinture de 20 capteurs à ultrasons. Pour être honnête, si Renault ne m’avait pas dit que sa voiture avait autant de capteurs, j’aurais été incapable de les voir tous.

Un coffre-fort plein d’ordinateurs

Pour gérer tout cela, une IA développée en interne par Renault se trouve dans un énorme ensemble de PC situés dans le coffre spatial. Et comme vous pouvez le voir, pour l’instant, il prend beaucoup de place. Renault a voulu nous rassurer qu’il s’agit toujours d’un prototype et que tous les PC et autres machines destinées à contrôler la voiture sont, selon les ingénieurs, « très facilement miniaturisables ».

L’ intérieur de la voiture a également tout du prototype. Du côté du conducteur, tout d’abord, le tableau de bord est presque identique à celui d’une voiture classique. Modifie uniquement l’affichage généralement affiché compteur de vitesse : il montre le bleu lorsque la conduite est « manuelle » et le jaune lorsque la conduite est autonome. Pour passer de l’un à l’autre, il suffit d’appuyer sur un bouton situé sur le commodo habituellement dédié à la limitation de vitesse. Deux grands boutons rouges sont également présents dans le poste de pilotage, l’un côté conducteur et l’autre côté passager, pour arrêter la conduite autonome en cas d’urgence. Enfin, un écran PC affiche en temps réel ce que les différents capteurs et caméras dans la voiture.

Conduite autonome facilement oubliée

Et cette conduite autonome alors ? Même si le modèle que nous avons embarqué avait une gamme de niveau 4 (pas besoin de regarder la route ou de mettre les mains sur le volant), nous avons dû attendre d’être sur une voie rapide – une route à sens unique bien séparée par un terrain ouvert – pour que l’ingénieur Renault active l’IA qui prendra le contrôle de la conduite. Pour des raisons de sécurité, il n’est pas possible de l’activer sur le périphérique ou en ville, la voiture n’est pas encore en mesure de repérer des feux rouges ou des feux de signalisation sur les voitures. Elle sait repérer les objets qui l’entourent, mais pas encore « lire » les lumières qui l’entourent. Et il n’y a aucun moyen pour les journalistes présents à la manifestation de prendre le volant non plus.

Lorsque le compteur de vitesse est bleu, la voiture est en mode manuel. Cependant, une fois la conduite autonome activée, il faut reconnaître que le comportement de la voiture était parfait. Ce qui impressionne le plus, c’est sans aucun doute la flexibilité de la conduite : les freins ont été effectués en douceur, les distances de sécurité ont toujours été respectées, je n’ai jamais senti le moindre accouplement pendant les accélérations et le dépassement — que le conducteur devait toujours demander à l’aide du clignotant — ont toujours été été parfait. Il convient toutefois de noter que le trafic a été particulièrement fluide le vendredi matin et que les conditions météorologiques étaient bonnes. Cependant, Renault nous assure que sa voiture est tout à fait capable de conduire indépendamment la nuit ou sous la pluie.

Lorsque le tableau de bord est jaune, la conduite autonome est activée. Cette petite voiture autonome était vraiment confortable, comme si un conducteur particulièrement attentionné avait pris le volant. En outre, après quelques minutes de voir la voiture se débrouiller parfaitement, la conversation avec Eric Debernard, responsable du projet Innovation Autonome Driving chez Renault, et les autres passagers de la cabine a été très naturelle, sans aucune préoccupation pour la route ou la circulation. Croyez-moi, c’est très rapide au fait que la voiture s’occupe de tout et que nous nous concentrons uniquement sur des tâches tierces à l’intérieur du véhicule.

Les premières voitures Renault semi-autonomes de 2019

Mais aussi agréable que cette conduite autonome puisse être, j’avoue que j’ai été un peu frustrée de sortir du véhicule. Quand pourrait-on enfin voir les véhicules se débrouiller entièrement sur la route depuis le départ dans les embouteillages de la ville jusqu’à son arrivée dans une petite montagne village ? Après tout, nous savons que les Tesla se portent déjà très bien et que Nvidia ou Intel (avec Mobileye) ont déjà presque 100% de véhicules autonomes.

Pour Renault, il n’y a pas encore de temps et c’est essentiellement une question de droit et de pragmatisme. Les ingénieurs de Renault m’ont expliqué qu’il ne fait aucun doute qu’ils pourront créer une voiture 100% autonome d’ici 2020 et probablement même avant. Le principal obstacle à une commercialisation sera la loi, qui sera plus lent que les ingénieurs (et les clients) à prendre en compte les progrès des voitures autonomes. Renault prévoit déjà que la loi prendra du temps pour s’adapter aux nouvelles technologies. Et le fabricant prévoit d’abord d’intégrer des « bits » de voiture autonome dans ses futurs modèles.

Dans une première fois, on peut facilement imaginer que la conduite autonome ne sera autorisée que sur les autoroutes ou les autoroutes. Renault affine donc sa technologie de conduite autonome sur ces routes et prévoit de l’intégrer dans ses véhicules à partir de 2019. Dans deux ans, ainsi que demain.

Pour Renault, l’objectif est très clair : montrer au grand public qu’il sait fabriquer des voitures autonomes et qu’il n’a pas peur de prendre des journalistes pour les essayer dans des conditions réelles. Dans quelques mois, le constructeur français va nous faire essayer les voitures derrière le volant. Et je ne doute pas qu’il sera bientôt suivi par d’autres constructeurs, français ou non. Plus que jamais, nous estimons que l’industrie automobile est à un tournant dans son existence, qu’il est particulièrement excitant d’observer.

31 mars 2018
Show Buttons
Hide Buttons
Abonnez-vous à notre newsletter
Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

 

You have Successfully Subscribed!